Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les États-Unis d'Amérique

Les États-Unis d'Amérique

Venez découvrir l'Histoire des États-Unis d'Amérique: géographie, villes, économie, culture, gastronomie, sports...

Castillo de San Marcos

(Castillo de San Marcos, photo NPS, www.nps.gov, wikipédia)

(Castillo de San Marcos, photo NPS, www.nps.gov, wikipédia)

(Bastion et entrée du fort, photo de fatzcatz, 06/04/2016, wikipédia)

(Bastion et entrée du fort, photo de fatzcatz, 06/04/2016, wikipédia)

Un petit avant goût des Caraïbes et de la piraterie émane de cette fortification de Floride, construite pour défendre les intérêts espagnols dans le Nouveau-Monde.

Actuellement administré par le National Park Service (NPS), le Castillo de San Marcos est visité par près de 800 000 touristes et passionnés d'histoire chaque année.

Origines du fort

Plus ancienne fortification en maçonnerie des États-Unis continentaux, le Castillo de San Marcos est situé en Floride, dans la Mantazas Bay, à St Agustine. Cette cité est la plus ancienne colonie peuplée en continu aux États-Unis depuis l'arrivée des européens (sa création remonte à 1565).

Durant les 100 ans qui suivent la fondation de St Augustine, les conquistadors espagnols construisent un total de 9 forts en bois pour défendre les villages de la colonie, et la nécessité de réaliser un ouvrage plus résistant et en pierre apparaît après l'attaque de l'anglais Sir Francis Drake et de ses 22 navires en 1586.

En 1668, après l'attaque du pirate boucanier Robert Searle, la reine Marie Anne régente d'Espagne autorise la construction d'un fort en pierres pour protéger la ville des attaques et sécuriser les voies de navigation; elle demande au Vice-Roi de Nouvelle-Espagne une somme de 12 000 Pesos afin de démarrer les travaux et de 10 000 Pesos pour chaque année de travaux. 

Avec l'implantation des anglais en Caroline du Sud, à Charles Town (future Charleston) en 1670, il devient urgent pour l'Espagne de défendre ses colonies et les travaux du fort débutent en 1672, en utilisant le tracé à l'italienne, avec une forme basse sur l'horizon, des murs en étoiles et une couverture mutuelle des défenseurs grâce à son architecture.

Construction

Les ingénieurs adoptent la Coquina, une roche sédimentaire calcaire très robuste, et les ouvriers sont envoyés depuis La Havane (autre possession espagnole), ainsi que l'ingénieur militaire Ignacio Daza, chargé des travaux. Dans la mesure où personne avant eux n'avait employé de Coquina pour construire un fort, nul ne savait comment la pierre résisterait à une attaque.

La seule certitude était que contrairement au bois, elle ne prendrait pas feu ni ne subirait l'agression des termites. Pour augmenter les chances de résistance en cas de siège, les ouvriers construisent alors des murs épais de 3.65 mètres, voire de 5.79 mètres pour ceux exposés au port. Le Castillo de San Marcos (douves, murs, quartiers, bastions) est achevé en août 1695.

Le fort au combat

En 1702, les anglais désirent conquérir la Floride et quittent la Caroline (accompagnés de tribus locales) avec l'intention de prendre St Augustine et de prendre possession de ce territoire espagnol. A leur tête, les anglais sont commandés par le gouverneur James Moore et lancent leur offensive depuis la Caroline du Sud. 

Le gouverneur espagnol José de Zuniga y la Cerda apprend l'arrivée imminente des anglais et fait évacuer St Augustine et rassemble des vivres dans le bastion San Marcos, tout en informant les autres possessions espagnoles de la région qu'il aurait besoin d'aide. 

Les 1500 civils évacués rejoignent alors le fort et ses 204 soldats, où ils se barricadent en attendant l'arrivée des ennemis : Cerda est confronté au manque d'entraînement et de discipline de ses artilleurs, chargés de défendre le fort et les bastions.

Après avoir capturé plusieurs villages, les anglais avancent en direction de St Augustine, mais des espagnols parviennent à faire prisonniers 3 ennemis et apprennent que les anglais ont prévu 3 mois de provisions et n'ont amené que de l'artillerie légère (6 à 10 pièces).

Le 7 novembre, 3 navires anglais font blocus dans la baie de Mantazas, et Cerda ordonne à 2 frégates de prendre position entre le fort et les navires ennemis, avec la protection de son artillerie; cependant, seule 1 frégate peut passer et l'autre est volontairement détruite, son équipage rejoignant le fort. Les britanniques prennent St Augustine le 10 novembre et 8 navires anglais débarquent des troupes près du fort de San Marcos.

Alors que les anglais commencent à prendre position autour du fort, un groupe d'espagnols parvient à faire entrer 163 bovins dans le fort, à travers les lignes adverses; permettant d'avoir davantage de provisions. Le même jour, le 10 novembre, Cerda fait ouvrir le feu d'artillerie sur les positions anglaises, mais perd 1 canon, victime de son âge et qui tue 3 soldats. 

Après avoir ordonné une sortie discrète pour dégager la ligne de visée et détruire des habitations qui gênent, Cerda prend conscience qu'il bénéficie d'une meilleure portée d'artillerie que les anglais et aussi de la solide protection des ses remparts.  Vers le 22 novembre, Moore adresse une demande de munitions et d'artillerie lourde à la Jamaïque (alors anglaise), et fait continuer le creusement de tranchées et fait ouvrir le feu au mousquet contre le fort, tout en mettant le feu au village, à cause de l'inefficacité de ses canons. 

Incapable de pénétrer la fortification, Moore en fait le siège; le 14 décembre, un couple de Yamasee (amérindiens) cherche à entrer dans le fort en tant que réfugiés, mais semble vouloir faire exploser le dépôt de poudre : capturés puis torturés par les espagnols, ils avouent leur complot. Au 19 décembre, les tranchées anglaises approchent dangereusement des lignes du fort et le gouverneur ordonne une attaque qui repousse les anglais, avec 1 tué parmi les espagnols.

Le siège prend fin le 30 décembre et voit l'Espagne sortir vainqueur. 

L'accroissement des tensions avec la couronne anglaise et le risque d'une nouvelle attaque ont amené les espagnols à faire améliorer le fort de 1738 à 1740, avec notamment la modification de l'intérieur du fort, la construction de voûtes pour mieux encaisser les bombardements ennemis, et l'élévation des remparts à 10 mètres de haut, en raison de ces voûtes. 

La grande rivalité de l'Angleterre et de l'Espagne, en Europe et dans le Nouveau-Monde, conduit à nouveau à des affrontements maritimes, dont un a servi de prétexte à la couronne anglaise pour déclarer la guerre en 1739.

Ainsi en juin 1740, le général anglais James Oglethorpe, fondateur de la Géorgie, appareille avec 7 navires pour St Augustine; le retour d'expérience du siège de 1702 a démontré l'efficacité des remparts du fort de San Marcos, aussi Oglethorpe décide-t-il d'affamer la population de St Augustine en bloquant ses accès terrestres, fluviaux et maritimes. 

Durant ce siège, du 13 juin au 20 juillet 174, les anglais bombardent St Augustine pendant 27 jours, mais la résistance espagnole et les contre-attaques sont efficaces, puis l'arrivée imminente de la saison des ouragans contraint Oglethorpe à se retirer, abandonnant au passage 56 pièces d'artillerie. 

Après que les guerres en Europe aient conduit à des combats en Amérique du Nord, avec de très importants coûts pour les belligérants, il a finalement été conclu le traité de Paris en 1763, avec l'échange de plusieurs territoires. Ainsi, l'Angleterre a obtenu la totalité de la Floride, en échange du retour de Cuba et des Philippines à l'Espagne. 

Désormais sous contrôle britannique depuis le 21 juillet 1763, le fort de San Marcos porte le nom de fort St Mark et quelques modifications sont apportées à sa conception. Confiante en sa main-mise sur l'Amérique du Nord, l'Angleterre n'entretient pas suffisamment son fort, qui sert de prison durant la guerre d'Indépendance américaine.

Durant ce conflit, l'Espagne attaque la Floride depuis la Louisiane et capture toutes les villes de l'Ouest de la Floride; à la fin de la guerre, le traité de Paris de 1783 marque le retour de la Floride sous le contrôle espagnol. Les troupes espagnoles entrent à St Augustine le 12 juillet 1784.

Assez rapidement, des problèmes frontaliers sont rencontrés avec les États-Unis, qui n'incluaient pas encore la Floride dans leur territoire, mais sous la pression de ces derniers et pour des raisons financières, l'Espagne cède la Floride aux États-Unis en 1819, avec un transfert effectif en 1821.

Recevant le nom de Fort Marion, l'édifice est légèrement modifié par les États-Unis, notamment pour servir de prison et de batterie de défense côtière. En octobre 1837, durant la guerre contre les amérindiens Séminoles, leur chef est emprisonné à Fort Marion. 

Pendant la guerre de Sécession, la Floride fait partie des États pro-esclavagistes en janvier 1861, et les soldats de l'Union encore présents dans le fort s'y enferment, puis le donnent aux Confédérés après avoir eu l'assurance qu'aucun d'eux ne serait tué. Le 11 mars 1862, le fort est récupéré par l'Union, et sert alors de prison. 

De nombreux prisonniers indiens sont alors enfermés dans le fort, où Richard Henry Pratt, vétéran de la guerre civile, s'efforce d'améliorer leurs conditions de détention et leur donne une éducation anglo-saxonne et chrétienne, avec l'enseignement de la langue anglaise. Ils espère ainsi mieux assimiler les amérindiens, plutôt que de devoir les combattre.  

Pendant la guerre hispano-américaine de 1898, plus de 200 déserteurs sont enfermés dans le fort, qui est finalement désaffecté en 1900, après 205 ans de service sous 5 drapeaux. 

Il est désigné Monument National en 1924, puis est transféré au National Park Service en 1933; en l'honneur de son passé prestigieux, il est renommé officiellement Castillo de San Marcos en 1942 par le gouvernement américain. Il est classé au National Register of Historic Places le 15 octobre 1966 et désigné Historic Civil Engineering Landmark en 1975.

(San Marcos de nuit, photo de Chris carter/CChimera, 15/04/2016, wikipédia)

(San Marcos de nuit, photo de Chris carter/CChimera, 15/04/2016, wikipédia)

(Rempart et artillerie, photo de Anthony Inswasty, 03/06/2014, wikipédia)

(Rempart et artillerie, photo de Anthony Inswasty, 03/06/2014, wikipédia)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

nicolas 28/03/2017 21:45

Merci pour la découverte, je ne connaissais pas.