Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les États-Unis d'Amérique

Venez découvrir l'Histoire des États-Unis d'Amérique: géographie, villes, économie, culture, gastronomie, sports...

Everglades National Park

(Everglades Wilderness, photo Ian Wilson, NPS, Everglades NP www.flickr.com, 14/03/2019)

(Everglades Wilderness, photo Ian Wilson, NPS, Everglades NP www.flickr.com, 14/03/2019)

(Vue de la Shark Valley Tower, photo G. DeFalco, Everglades NP www.flickr.com, 31/05/2018)

(Vue de la Shark Valley Tower, photo G. DeFalco, Everglades NP www.flickr.com, 31/05/2018)

(Lane River, photo NPS, Everglades NP www.flickr.com,13/09/2003)

(Lane River, photo NPS, Everglades NP www.flickr.com,13/09/2003)

Immense parc national situé en Floride, l'Everglades National Park se place au 10ème rang national des pars nationaux par sa superficie, et il renferme le plus grand milieu naturel subtropical du pays. Destination très populaire, ce parc est géré par le National Park Service et a été créé principalement pour protéger l'écosystème fragile, plutôt que pour mettre en avant la géographie du lieu. 

Histoire

Le Sud de la Floride était habité par des tribus amérindiennes depuis 10 000 à 20 000 ans : la côte oriental de cette zone de la péninsule était peuplée par les Tequesta et la partie occidentale par les Calusa, les région des Everglades servant alors de frontière naturelle entre les deux tribus.  

Les amérindiens ont occasionnellement traversé les Everglades, mais n'y ont que rarement vécu; ils habitaient surtout le long des côtes. Les explorateurs espagnols ont rencontré ces tribus pour la première fois vers la fin du 16ème siècle, rencontrant une certaine résistance de la par des Calusa, qui étaient plus évolués que les Tequesta. Les espagnols ont établi des missions plus au Nord, près de l'immense lac Okeechobee (2ème plus grand lac intérieur des États-Unis). Au début du 19ème siècle, les Tequesta et les Calusa ont progressivement disparu à cause de la famine, des guerres tribales et contre les espagnols, et de l'esclavage.

Vers la même période, des amérindiens Creek, des esclaves africains évadés et d'autres amérindiens ont fondé la nation Séminole au Nord de la Floride : des affrontements ont eu lieu contre les colons américains jusqu'en 1859 pour le contrôle des terres. En effet, dès 1818, soit 3 ans avant l'annexion de la Floride par les États-Unis, le général Andrew Jackson a mené des combat contre les amérindiens. Après la victoire des États-Unis contre les amérindiens, de nombreux Séminoles ont été déplacés vers le Territoire Indein (futur Oklahoma), tandis qu'une autre partie des amérindiens occupait toujours le Sud-Ouest de la Floride, près du lac Okeechobee et des Everglades. 

lors de l'arrivée plus importantes des colons américains, plusieurs tentatives de drainage et de développement des Everglades ont eu lieu jusqu'aux années 1890, mais les premiers canaux n'ont eu qu'un effet limité sur l'écosystème, car ils n'étaient pas capables de drainer assez d'eau. La cupidité vis-à-vis de ces terres a conduit le gouverneur Napoleon Bonaparate Boward, en poste de 1905 à 1905, a superviser le drainage des Everglades entre 1905 et 1910, avec succès, ce qui a permis aux promoteurs de vendre des terrains, permettant notamment de développer les comtés de Lee et Miami-Dade. 

L'empressement des promoteurs et des nouveaux habitants a entraîné la construction à la hâte des maisons ou des petites villes, détruisant notamment la mangrove, remplacée par des palmiers et ravageant l'écosystème; des canaux plus larges ont alors été construits par le Corps des Ingénieurs de l'armée, pour contrôler la montée des eaux des Everglades. Toutefois, la nature a démontré sa force lorsque le lac Okeechobee a continué de se remplir et a débordé, inondant une grande partie des terres drainées. En 1926, l'ouragan qui a frappé Miami a fait déborder le lac, qui a détruit les digues et des douzaines de personnes ont péri noyées; deux ans plus tard, un autre ouragan a tué 2500 personnes aux environs du lac. En réaction, une immense digue, haute de 4 étages, a été construite de 1930 à 1937 (à la demande du président Herbert Hoover), mais a provoqué la coupure de la source d'eau qui alimentait les Everglades, entraînant une sécheresse, qui s'est soldée par des incendies en 1939, avec 4000 Km² brûlés. L'industrie du bois a ravagé les forêts de la région, tandis que les alligators, les poissons et les oiseaux étaient massivement chassés (ces derniers pour leurs plumes), et la construction des canaux a provoqué un terrible déséquilibre dans la chaîne alimentaire.

Alors que l'avidité de certains promoteurs annonçait la destruction quasi certain de la région, des voix ont commencé à s'élever dès 1923, pour qu'au moins une partie des Everglades soit préservée et l'État de Floride a créé une commission chargée d'étudier la création d'une future zone protégée. La commission a peiné à trouvé des fonds pour acheter les terres convoitées par les promoteurs : la Chambre des Représentants des États-Unis a autorisé la création du nouveau parc national le 30 mai 1934, mais avec une clause qui garantissait qu'aucun fonds ne serait alloué au projet pendant 5 ans. Alors que la lenteur de l'administration et la cupidité des propriétaires terriens ralentissait le projet, l'assemblée législative de Floride a levé $ 2 000 000 pour acheter des terres privées à l'intérieur du futur parc, grâce à l'appui de John Pennekamp, propriétaire du journal Miami Herald. Finalement, le président Harry Truman a inauguré le parc le 6 décembre 1947; la même année, deux ouragans ont frappé la région ont provoqué de grandes pertes dans l'agriculture. 

Courant 1948, le Congrès a approuvé un projet de contrôle des inondations qui a permis de diviser les Everglades en plusieurs bassins, avec l'installation de levées de terre et de puissantes pompes, permettant d'évacuer l'eau en excès soit vers des zones plus sèches, soit vers l'océan. En 30 ans, un total de 1600 kilomètres de canaux, ainsi que plusieurs centaines de pompes et des levées ont été construits. Cependant, entre 1940 et 1960, près de 6 000 000 de nouveaux habitants sont venus s'installer dans le Sud de Floride, augmentant énormément les besoins en eau et les zones habitées, impactant fortement sur la quantité d'eau disponible pour préserver le parc. Le 12 février 1963, un avion s'est écrasé dans les Everglades, tuant les 43 passagers et membres d'équipage, peu après avoir décollé de Miami.

Prenant conscience des grandes destructions sur la faune et sur la flore, occasionnées par l'expansion démographique et territoriale des activités humaines, plusieurs hommes politiques, sous la pression de groupes pour la conservation de la nature, ont pris des mesures de limitation du développement urbain du Sud de la Floride au cours des années 1970, pour veiller à ce que le parc reçoive suffisamment d'eau. Le 29 décembre 1972, un autre avion s'est écrasé, peu avant d'atterrir à Miami, entraînant 101 décès et 75 blessés parmi ses 176 passagers et membres d'équipage. 

La sauvegarde des Everglades est devenue une urgence à mesure que le niveau des eaux baissait et provoquait la destruction d'une faune et d'une flore uniques : les autorités locales et fédérales ont pris les choses en main en investissant $ 250 000 000 à partir de 1972 pour acquérir des terres et en 1976, l'Everglades National Park a été classé Réserve de Biosphère Internationale par l'UNESCO. 

L'effort de restauration des Everglades a augmenté depuis les années 1980, avec notamment l'arrêt de la construction d'un canal controversé, puis la signature par le président George Bush du Everglades National Park Protection & Expansion Act le 13 décembre 1989, augmentant le parc de 443.16 Km² et interdisant les hydroglisseurs dans sa partie orientale. Le président a également demandé au Corps des Ingénieurs de l'armée de veiller à ce que l'approvisionnement naturel en eau soit restauré. Peu avant, en 1986, a été constatée une forte augmentation des algues sur près d'1/5 du lac Okeechobee, entraînant des ravages pour la faune et la flore du lac : l'impact de la pollution agricole a été désigné comme responsable, avec ses importants rejets de phosphore, notamment par les producteurs de cannes à sucre. La législation de 1987 a imposé une réduction des rejets de phosphore de 40% à l'horizon 1992, mais des procès venant des producteurs ont retardé cette échéance. Cette pollution a facilité la pousse des algues, qui ont privé de lumière et d'oxygène de nombreuses espèces de poissons, habituellement mangées par d'autres animaux, ce qui a provoqué un fort déclin des populations piscicoles et d'autres espèces de la chaîne alimentaire.

Le projet de restauration de la Kissimmee River a été approuvé en 1992 par le Congrès, avec 2011 pour échéance finale; pour résoudre le problème de la qualité de l'eau, il a été décidé en 1994 de purifier l'eau relâchée par l'agriculture dans la zone du parc : les installations ont permis de réduire la quantité de phosphore de 80 parties par milliard (ppb) à 10 ppb (contre 500 ppb dans les années 1980). 

De par sa position géographique, le Sud de la Floride sert de carrefour commercial et d'échanges entre les Caraïbes, l'Amérique du Sud et les États-Unis, ce qui a conduit à l'arrivée d'espèces invasives (souvent emmenées par les humains pour le commerce, mais abandonnées), qui se sont rapidement adaptées au climat des Everglades et se sont reproduites rapidement, représentant désormais plus d'1/4 des espèces présentes dans la zone; il en est de même pour les espèces florales qui ont été introduites dans la région (1392 espèces exotiques contre 1301 espèces locales). D'importants efforts humains et financiers ont été mis en place pour tenter de contrôler la présence et le développement des espèces invasives animales et végétales : chaque année, $ 500 000 000 sont dépensés par la Floride pour cette mission.

Un très ambitieux projet de restauration des Everglades a débuté à partir de l'an 2000, pour tenter de réduire la situation de manque d'eau qui affecte la région, en grande partie à cause des activités humaines (agriculture, urbanisme, accroissement de la population).

La protection de ce très précieux parc national revêt une importance très élevée, en raison du nombre d'espèces animales et végétales en danger et de la difficulté de gérer l'eau et les divers polluants liés à l'activité humaine. La sensibilisation du public aux enjeux environnementaux a permis de faire un peu reculer les lobbys industriels, mais il reste encore beaucoup de travail à réaliser pour donner au parc un aspect le plus proche possible de son aspect d'origine.  

L'aménagement du parc pour accueillir les touristes a nécessité de construire 4 centres des visiteurs, de créer de petites tours d'observation, de gérer 160 kilomètres de voies navigables pour canoë, d'aménager 45 kilomètres de sentiers de randonnée, et de placer 342 emplacements de camping.  En 2019, le parc a reçu 1 118 300 visiteurs. 

(Plan du parc, image NPS, 03/11/2013, www.npsmaps.com, wikipedia)

(Plan du parc, image NPS, 03/11/2013, www.npsmaps.com, wikipedia)

(Un centre des visiteurs, photo D. Diaz, NPS, Everglades NP www.flickr.com, 21/06/2019)

(Un centre des visiteurs, photo D. Diaz, NPS, Everglades NP www.flickr.com, 21/06/2019)

(Location de canoë Flamingo Rentals, photo D. Diaz, NPS, Everglades NP www.flickr.com, 26/09/2018)

(Location de canoë Flamingo Rentals, photo D. Diaz, NPS, Everglades NP www.flickr.com, 26/09/2018)

(Passerelle Anhinga Trail, photo Dylann Turffs, NPS, Everglades NP www.flickr.com, 24/04/2020)

(Passerelle Anhinga Trail, photo Dylann Turffs, NPS, Everglades NP www.flickr.com, 24/04/2020)

Géographie

Situé sur les comtés de Miami-Dade, Monroe et Collier, l'Everglades National Park occupe 6106.61 Km² ( soit 40% de la zone originale des Everglades); l'altitude moyenne du parc est de 2.40 mètres au-dessus du niveau de la mer, tandis qu'un amas de coquillages d'origine amérindienne culmine à 6.10 mètres au-dessus du niveau de la mer. 

Le système aquifère des Everglades n'est pas alimenté par des sources souterraines, et la majorité des eaux que l'on trouve dans la région provient des précipitations; le lac Okeechobee contribue à alimenter en eau le parc. 

Le climat est du type de savane tropicale, avec une saison sèche de décembre à avril, et une saison humide de mai à novembre; à la saison sèche, les températures vont de 12°C à 25°C, avec un faible taux d'humidité, tandis qu'à la saison humide, la température dépasse souvent 33°C, avec 90% d'humidité. 

La température maximale annuelle moyenne est de 30°C (juin, juillet et août sont les plus chauds), et la température minimale annuelle moyenne est de 18°C (décembre, janvier et février sont les plus froids); il tombe en moyenne 1432 mm de précipitations par an. 

La faune des Everglades est très riche et comprend des cerfs de Virginie, des sangliers, des coyotes, des renards gris, des renards roux, des lynx, des panthères de Floride (menacées d'extinction), des moufettes rayées, des moufettes tachetées, des loutres de rivière, des visons d'Amérique, des ratons laveurs, des ours noirs de Floride, des opossums, des lapins à queue blanche, des lapins des marais, des rats musqués à queue ronde, des écureuils volants, des écureuils gris, des écureuils fauves, des caïmans à lunettes, des crocodiles américains (menacés de disparition), des alligators (menacés), des rorquals de Bryde, des grands dauphins, des lamentins des Caraïbes (menacés), des serpents cempahora coccinea, des couleuvres agiles, des couleuvres à collier, des serpents indigos, des serpents des blés, des serpents ratiers jaunes, des serpents ratiers des Everglades, des serpents rois, des couleuvres faux-corail, des serpents arlequins (venimeux), des mocassins d'eau (venimeux),  des crotales diamantins (venimeux), des sistrurus miliarius (venimeux), des serpents corail (venimeux),359 espèces d'oiseaux, 225 espèces de poissons, et 5 espèces de chauve-souris.

Les espèces invasives animales incluent les pythons birmans, les anacondas verts, les anacondas jaunes, les pythons réticulés, les pythons améthystes, les pythons de Seba, les iguanes verts, les varans du Nil, lles conures (perruches), les chats domestiques et sauvages, ou encore les jaguars. 

(Mangrove du Paurotis Pond, photo D. Diaz, NPS, Everglades NP www.flickr.com, 16/09/2018)

(Mangrove du Paurotis Pond, photo D. Diaz, NPS, Everglades NP www.flickr.com, 16/09/2018)

(Un lamentin, photo NPS, Everglades NP www.flickr.com, 29/04/2012)

(Un lamentin, photo NPS, Everglades NP www.flickr.com, 29/04/2012)

(Hells Bay, photo NPS, Everglades NP, www.flickr.com, 25/10/2002)

(Hells Bay, photo NPS, Everglades NP, www.flickr.com, 25/10/2002)

(Panthère de Floride, photo NPS, Everglades NP www.flickr.com, 29/04/2012)

(Panthère de Floride, photo NPS, Everglades NP www.flickr.com, 29/04/2012)

(Alligator près de cyprès, photo G. Gardner, Everglades NP www.flickr.com, wikipedia)

(Alligator près de cyprès, photo G. Gardner, Everglades NP www.flickr.com, wikipedia)

(Tantales d'Amérique, photo NPS, Everglades NP www.flickr.com, 14/04/2006)

(Tantales d'Amérique, photo NPS, Everglades NP www.flickr.com, 14/04/2006)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article