Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les États-Unis d'Amérique

Venez découvrir l'Histoire des États-Unis d'Amérique: géographie, villes, économie, culture, gastronomie, sports...

Sikorsky CH-53 K

(CH-53 K en essais en vol à Jupiter, FL, photo de Staff Sgt Gabriela Garcia, 08/03/2016, wikipedia)

(CH-53 K en essais en vol à Jupiter, FL, photo de Staff Sgt Gabriela Garcia, 08/03/2016, wikipedia)

Nouvelle variante de la très prolifique famille du Sikorsky CH-53, le modèle CH-53 K, encore au stade des essais, devrait rejoindre le service actif à partir de 2019, et remplacer les plus anciens CH-53 E de l'US Marine Corps, avec une commande de 200 CH-53 K.

Intégrant de nouvelles pales en matériaux composites, plus résistantes, ainsi que de nouveaux turbomoteurs, une électronique sophistiquée, et une capacité d’emport accrue, le CH-53 K devrait assurément servir les intérêts des Marines avec une grande efficacité. Plus rapide que son prédécesseur, il permettra de réduire les heures d’entretien directes de 42%, et les heures d’entretien par heure de vol de 63%. Le programme a été lancé en 2006, puis en 2008 a débuté la phase de design et son avancée a vu l’ouverture, par Sikorsky, d’une usine d’assemblage dans le Connecticut, le  22 janvier 2010. Le 4 décembre 2012, l'industriel a livré la première plateforme au sol pour les essais, et le 31 mai 2013, l'US Navy a passé un contrat avec Sikorsky pour livrer 4 prototypes du CH-53 K pour des essais : le 27 octobre 2015, le CH-53 K a effectué son premier vol.

Reprenant l'architecture générale de son prédécesseur, le CH-53 K dispose d'une cabine plus large de 30 cm, de carénages latéraux plus compacts pour les réservoirs et d'un train principal plus compact aussi. Le recours aux matériaux composites et l'augmentation de sa motorisation ont été accompagnés par une baisse de 18% de la consommation de carburant; à noter que la conception des moteurs est plus simple et a vu baisser de 63% le nombre de pièces.

Tout comme son homologue actuel, le CH-53 K sera apte à opérer depuis des bases terrestres ou depuis les porte-hélicoptères de l’US Navy, mis à la disposition des Marines. Lorsqu’il entrera en service, le CH53 K apportera un souffle nouveau à la flotte d’hélicoptères des Marines, qui connaît une cure de jeunesse, avec l’arrivée des nouvelles versions de l’AH-1 et de l’ UH-1 ; à noter la forte probabilité de voir le CH-53 K exporté auprès des actuels utilisateurs du CH-53 E.

L'USMC souhaite équiper 8 escadrons d'active, 1 d'entraînement et 1 de réserve, et la première capacité initiale opérationnelle du CH-53 K est prévue pour 2019, avec une mise en production de série à partir de 2022. Une mise en production lente a été autorisée en 2017, avec 2 CH-53 K commandés en septembre (livraison en 2020), puis de 7 CH-53 K en février 2018. 

Caractéristiques

Basé sur la forme générale du CH-53 E, le Sikorsky CH-53 K s’en distingue par des performances accrues, et une taille plus grande : 30.20 mètres de long pour 8.46 mètres de haut. L'appareil possède un cockpit digital, des commandes de vol électriques, et une nacelle FLIR (infrarouge) est prévu à l'avant de l'hélicoptère.

Ses 3 moteurs General Electric GE38 de 7500 Cv chacun (contre 4380 par turbine sur le modèle E), le feront évoluer jusqu’à 315 Km/h, en vitesse de croisière, soit 37 Km/h plus vite que la variante E. Le rotor principal sera équipé de 7 pales en matériaux composites, quant au rotor anti-couple, il en recevra 4 ; pour alléger au maximum l’appareil, sa cellule est majoritairement composée de matériaux composites légers et résistants.

L’autonomie du CH-53 K est de 852 kilomètres, sans réserves, et de 204 kilomètres de rayon d’action au combat ; son plafond est de 4380 mètres. Les troupes embarquées comptent de 37 à 55 Marines, en plus des 5 membres d’équipage, dont 3 opérateurs des mitrailleuses de défense 12.7 mm (2 latérales, 1 à l'arrière).

La charge utile embarquée est de 15.90 tonnes, avec une cabine longue de 9.10 mètres, haute de 2 mètre et large de 2.70 mètres ; l’élingue peut soulever 12.20 tonnes, sur une distance de 204 kilomètres.  Pour assurer des bonnes chances de survie à l’appareil, celui-ci dispose de contre-mesures électroniques, de brouilleurs et de leurres, pour neutraliser les missiles qui pourraient être tirés contre lui.

(Photo Lockheed Martin, 31/05/2016, www.flickr.com)

(Photo Lockheed Martin, 31/05/2016, www.flickr.com)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article