Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les États-Unis d'Amérique

Les États-Unis d'Amérique

Venez découvrir l'Histoire des États-Unis d'Amérique: géographie, villes, économie, culture, gastronomie, sports...

United Defence/FMC Corporation AAV-7

(AAV-7 de l'USMC à l'exercice en Thaïlande, photo de Cpl Jonathan Wright, USMC, 11/02/2012, www.flickr.com)

(AAV-7 de l'USMC à l'exercice en Thaïlande, photo de Cpl Jonathan Wright, USMC, 11/02/2012, www.flickr.com)

Plus ancien véhicule à disposition des Marines, l’ Amphibious Assault Vehicle 7 (AAV-7), est un engin amphibie chenillé, entré en service à partir de 1972. Destiné à être transporté par les navires d’assaut des Marines, l’ AAV-7 a pour rôle de conduire des opérations d’ouverture de plage et de transport de troupes, afin d’ouvrir une tête de pont, dans l’attente de renforts.

De nombreuses pièces du véhicule ont été changées en 1982, lors du programme d’extension de la durée de vie de l’engin (moteur Diesel à la place de l’ancien moteur, renforcement de la suspension, changement de la transmission, etc.). Pour sa mission d’assaut, il bénéficie de l’appui-feu de sa tourelle de toit, qui permet d’attaquer l’ennemi, ou de le forcer à rester caché, permettant aux Marines de débarquer.

En dehors du strict assaut amphibie, il peut aussi mener des missions de patrouille en ville (notamment au Liban et en Irak), d’évacuation de ressortissants ou de personnel d’ambassade, d’escorte armée, ou de poste de commandement. A partir de 1989, des kits de blindages additionnels ont été développés pour améliorer sa protection face aux nouvelles armes et ont été installés à partir de 1993.

En 203 a été lancé l'ambitieux programme Expeditionary Fighting Vehicle (EFV), sensé être plus rapide et mieux armé et blindé que l'AAV-7, avec une mise en service espérée pour 2015; cependant, après des essais difficiles et des problèmes de conception, nécessitant de revoir son design, l'EFV a vu son coût unitaire augmenter fortement, contraignant les Marines à réduire leur commande de 1013 à 573 EFV, mais après de nombreux déboires, l'USMC a préfér mettre un terme au projet et consacrer les fonds à la modernisation des AAV-7 et au développement de l'Amphibious Combat Vehicle (ACV), qui doit permettre de répondre aux différents besoins des Marines. 

Après un appel d'offres lancé en 2011 et une phase de conception, l'ACV du futur est désormais à choisir entre les projets de BAE Systems et de SAIC (en coopération avec le singapourien ST Kinetics). 

En attendant l'arrivée des nouveaux véhicules, l'USMC a décidé de faire moderniser 392 AAV-7 (près d'1/3 du parc), pour leur permettre de survivre face aux menaces des explosifs improvisés, avec de nouveaux blindages et fauteuils antichocs, et un moteur plus puissant, passant de 525 à 675 Cv. Un parc d'essais de 10 AAV-7 a été livré en mai 2016 et les premiers véhicules remis à niveau devraient être en service en 2019.

Caractéristiques

Avec une longueur de 7.94 mètres, une largeur de 3.27 mètres et une hauteur de 3.26 mètres, l’AAV-7 est un gros véhicule, à la silhouette profilée à l’avant, pour un meilleur hydrodynamisme. Monté sur chenilles, il est propulsé par un moteur Diesel de 525 Cv, lui permettant de naviguer à 13.2 Km/h dans l’eau, ou à 72 Km/h au sol, pour un rayon d’action de près de 480 kilomètres. Le train de roulement des chenilles se compose de 6 roues par côté, chacune dotée d’une barre de torsion de suspension individuelle.

Le blindage de 45 mm protège contre les tirs de petit calibre, et peut être renforcé par un blindage additionnel en matériaux composites, pour contrer les calibres plus lourds ; pour sa défense, il possède une tourelle équipée d’un lance-grenades Mk-19 de 40 mm (864 obus emportés), ou d’une mitrailleuse de 25 mm (900 projectiles), et dans les deux cas, une mitrailleuse de 12.7 mm (1200 cartouches), vient renforcer ce puissant dispositif.

Pour le transport des Marines, un vaste compartiment, à l’arrière, accueille jusqu’à 21 Marines, qui peuvent utiliser leurs armes d’assaut au travers de petites meurtrières, installées de chaque côté du châssis. Les Marines entrent, ou sortent, par une rampe arrière hydraulique, ou par la porte à charnière, installée dans la rampe. La navigation est assurée par un compas magnétique, mais la plupart des AAV-7 a été équipée de GPS, bien plus efficaces et précis ; des équipements radios prennent place à bord, pour mieux communiquer au combat et éviter les tirs fratricides.

Décliné en version de transport (AAVP-7), il peut embarquer 21 Marines dans le compartiment arrière, en plus des 4 Marines d’équipage ; la variante de commandement (AAVC-7) n’a pas de tourelle, mais embarque différents systèmes de communication (radio, satellite) et embarque 3 membres d'équipage, 5 opérateurs radio et 5 membres du commandement ; enfin, la version de dépannage (AAVR-7) possède un treuil et fait office d’atelier de réparation sommaire.

(AAV-7 arrivant sur une plage, photo de Gunnery Sgt Scott Dunn, USMC, 28/02/2011, www.flickr.com)

(AAV-7 arrivant sur une plage, photo de Gunnery Sgt Scott Dunn, USMC, 28/02/2011, www.flickr.com)

(Mise à l'eau d'un AAV-7 depuis l'USS Tortuga, photo de Petty Officer 3rd class Amanda S. Kitchner, US Navy, 09/06/2012, www.flickr.com)

(Mise à l'eau d'un AAV-7 depuis l'USS Tortuga, photo de Petty Officer 3rd class Amanda S. Kitchner, US Navy, 09/06/2012, www.flickr.com)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article