Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les États-Unis d'Amérique

Les États-Unis d'Amérique

Venez découvrir l'Histoire des États-Unis d'Amérique: géographie, villes, économie, culture, gastronomie, sports...

US Marine Corps

(Sceau de l'USMC, image www.defenselink.mil, wikipedia)

(Sceau de l'USMC, image www.defenselink.mil, wikipedia)

Publicité des Marines

Créé le 11 juillet 1798, l’US Marine Corps est une des cinq branches du Department of Defense, et constitue une puissante force d’assaut amphibie, appuyée par une importante flotte d’hélicoptères et d’avions.

Administrativement rattaché à l’US Navy, la marine de guerre américaine, l’US Marine Corps (ou USMC) est la seule armée des États-Unis protégée par la loi, qui, en vertu de l’arrêt 416 de la loi programme du 82ème Congrès de 1952, en interdit la dissolution ou la réduction à une force symbolique.

Engagé dans toutes les guerres menées par les États-Unis depuis 1775, l’USMC bénéficie d’une place à part auprès de la population, mais aussi au sein des forces armées : il possède des uniformes et des cérémonies distincts de ceux des autres branches, sécurise les arsenaux nucléaires, et il constitue la garde d’honneur du Président et des ambassades américaines dans le monde.

Les Marines assurent également les déplacements présidentiels en hélicoptères, via le Marine Helicopter Squadron One, installé sur la base de Quantico (Virginie), avec des détachements à Anacostia (Washingon D.C) et à Andrews (Maryland).

Force expéditionnaire d’excellence, l’US Marine Corps dispose d’un potentiel de combat supérieur à celui de l’armée française, aussi bien dans le domaine des effectifs, que celui du matériel et de la puissance de feu. Les moyens amphibies de l'US Navy sont mis à disposition de l'US Marine Corps pour ses missions et il possède ses propres forces spéciales.

Disposant d’une forte identité, les Marines ont pour mascotte un bouledogue nommé « Chesty », depuis leur engagement contre les Allemands, lors de la première guerre mondiale : ces-derniers surnommèrent les Marines « les chiens du diable », compte tenu de leur férocité et de leur combativité ; la culture identitaire des Marines se traduit également par la devise « Semper Fidelis » (toujours fidèle), laquelle marque leur engagement profond envers la patrie. L’entraînement poussé des fantassins passe également par une forme d’endoctrinement, articulé autour de règles strictes à respecter, et par l’apprentissage de lignes de conduite rigoureuses.

Le recrutement des Marines est ouvert entre 17 ans (avec l’accord des parents) et 29 ans, avec deux affectations possibles : l’école de Parris Island (Caroline du sud), pour ceux vivants à l’Est du Mississippi, ou San Diego (Californie), pour ceux vivants à l’Ouest. La formation et l’entraînement de base durent 13 semaines, pendant lesquelles les jeunes recrues sont soumises à une discipline intransigeante et à de nombreuses séances d’instruction : sports de combat, tests d’endurance, manipulation de différentes armes à feu et armes blanches, entraînement au combat urbain, arts du camouflage et de la survie en milieu hostile, durcissement du caractère (par un harcèlement permanent des instructeurs). A la fin de leur période de formation, et s’ils sont déclarés aptes, les Marines sont envoyés dans différentes écoles de spécialisation (armement, électronique, médecine,...), où ils pourront parfaire leurs connaissances et servir l’US Marine Corps.

Le corps des Marines américain est une force d’élite regroupant 183 501 hommes et femmes d'active, ainsi que 38 517 réservistes, et il constitue le véritable bras armé de la politique étrangère américaine.    

Redouté par ses ennemis et respecté par ses alliés, l’US Marine Corps est un outil efficace, puissant et souple à déployer, capable d’affronter un large éventail de situations et de remporter d’importantes victoires.

Aéronavale en activité

  • 144 chasseurs F/A-18 A/B/C/D (+ 43 d'entraînement et 86 stockés)
  • 114 avions d'appui AV-8 B (+ 16 d'entraînement)
  • 22 chasseurs furtifs F-35 B (+ 26 d'entraînement)
  • 18 avions de guerre électronique EA-6 B
  • 11 avions d'entraînement F-5 N
  • 101 hélicoptères d'attaque AH-1 W
  • 55 hélicoptères d'attaque AH-1 Z
  • 220 avions convertibles MV-22 B (+ 20 d'entraînement)
  • 144 hélicoptères de transport CH-53 E
  • 115 hélicoptères de transport UH-1 Y
  • 11 hélicoptères de transport VIP VH-3 D
  • 7 hélicoptères de transport VIP VH-60 N
  • 48 avions ravitailleurs KC-130 J
  • 16 avions ravitailleurs KC-130 T

Moyens terrestres

  • 403 chars d'assaut M-1A1 
  • 1064 blindés amphibies AAV-7
  • 925 blindés légers LAV-25
  • 1350 blindés Cougar Cat I (+58 avec missiles TOW)
  • 705 blindés M-ATV
  • 329 blindés Cougar Cat II
  • 7 blindés JLTV 
  • 471 canons tractés M777 de 155 mm
  • 40 lance-roquettes multiples HIMARS
  • 363 drones RQ-11 (178 d'ici 2020)
  • 40 drones RQ-12 (143 d'ici 2020)
  • 22 drones RQ-21 (87 d'ici 2020)

Moyens amphibies de l'US Navy

  • 8 navires d'assaut amphibie classe "Wasp"
  • 1 navire d'assaut amphibie classe "America"
  • 10 navires de transport amphibie classe "San Antonio"
  • 8 transports de chalands de débarquement classe "Whidbey Island"
  • 4 transports de chalands de débarquement classe "Harpers Ferry"

Matériel en commande (2017)

  • 24 hélicoptères de combat AH-1Z
  • 16 avions de combat F-35 
  • 16 avions convertibles MV-22 B
  • 2 avions ravitailleurs KC-130 J
  • 2 hélicoptères de transport CH-53 K
  • 192 blindés JLTV

 

Organisation

Divisé en 2 commandements majeurs, chacun affecté à une côte des États-Unis (Atlantique et Pacifique), l'US Marine Corps décompose ses unités en différentes forces, modulables et adaptables aux besoins opérationnels.

L'USMC est structuré autour de 

A ces forces opérationnelles viennent s'ajouter le haut commandement central, les commandements d'appui (logistique, recrutement, recherche et soutien, entretien et acquisition), ainsi que les forces de réserve.

Les écoles

Destinées à former les engagés et les officiers de l’US Marine Corps, les différentes écoles enseignent aux candidats l’art du combat mais aussi de nombreuses spécialités : communications, médecine, informatique, artillerie, reconnaissance, renseignement, éducation canine, droit, langues étrangères, ingénierie, administration, logistique, chimie, maintenance, météorologie, cuisine, ou encore contrôle aérien.  Dans la doctrine des Marines, chacun de ses membres est avant tout un combattant, et ensuite un spécialiste, d’où le passage obligé, une à plusieurs fois par an, par des stages de combat ou de survie, afin d’aiguiser les réflexes du soldat. 

Marine Corps Recruit Depot Parris/Island/San Diego

USMC School of Infantry

Officer Candidates School

The Basic School

Marine Corps Communication Electronics School

Mountain Warfare Training Center

Bases des Marines aux États-Unis et à Hawaï

(Création : Vincent CHARLES)

(Création : Vincent CHARLES)

(Création : Vincent CHARLES)

(Création : Vincent CHARLES)

Une identité forte

Branche militaire soucieuse de préserve son indépendance, l’US Marine Corps inculque à son personnel une forme de conditionnement psychologique, destinée à galvaniser les troupes par l’intermédiaire de leur hymne officiel « From the Halls of Montezuma », de leur code de conduite, ainsi que par leur célèbre devise « Semper Fidelis » (Toujours Fidèle). Par ailleurs, chaque Marine doit connaître par cœur la prière du fusil.

Depuis la bataille du bois Belleau, pendant la première guerre mondiale, où les Allemands affrontèrent les Marines, et les baptisèrent « les chiens du diable », l’US Marine Corps a pour mascotte un bouledogue, nommé Chesty.  

Code de conduite des Marines

ARTICLE I : Je suis un Américain, combattant dans les forces qui protègent mon pays et notre mode de vie. Je suis prêt à donner ma vie pour leur défense.  

ARTICLE II : Je ne me rendrai jamais de mon propre chef. Si j’assume le commandement, jamais je ne livrerai mes subordonnés tant qu’ils auront la force de résister.  

ARTICLE III : Si je suis fait prisonnier, je continuerai à résister par tous les moyens à ma portée. Je ferai tout pour m’évader et aider les autres à le faire. Je n’accepterai de l’ennemi ni libération conditionnelle ni privilège particulier.  

ARTICLE IV : Si je suis fait prisonnier de guerre, je resterai fidèle à mes camarades de détention. Je ne livrerai aucune information et ne prendrai part à aucun acte qui puisse nuire à mes camarades. Si je suis gradé, je prendrai le commandement. Sinon, j’exécuterai les ordres légitimes de mes supérieurs et les soutiendrai par tous les moyens.  ARTICLE V : Si on m’interroge en tant que prisonnier de guerre, je suis tenu de donner mon nom, mon grade, mon numéro matricule et date de naissance. J’éluderai les autres questions du mieux que je pourrai ; je ne ferai aucune déclaration orale ni écrite qui soit déloyale à mon pays et à ses alliés ou nuisible à leur cause.  

ARTICLE VI : Je n’oublierai jamais que je suis un Américain, que je combats pour la liberté, que je suis responsable de mes actes, et résolu à défendre les principes qui ont fait mon pays libre. J’aurai confiance en mon Dieu et dans les ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE.  

« Mon fusil »

Ceci est mon fusil. Il en existe beaucoup mais celui-là est le mien. Mon fusil est mon meilleur ami. Il est ma vie.  Je dois le contrôler comme je contrôle ma vie.  Sans moi, mon fusil est inutile. Sans mon fusil, je ne suis rien. Je dois l’utiliser pour de bon. Je dois abattre tout ennemi qui essaie de me tuer. Je dois le tuer avant qu’il ne me tue. Et c’est ce que je ferai… Mon fusil et moi savons ce qui compte dans cette guerre n’est pas les balles que nous tirons, le bruit de nos rafales, la fumée de nos détonations. Nous savons que ce sont  les coups au but qui comptent. Nous frapperons juste… Mon fusil est humain puisqu’il fait partie de moi, qu’il est ma vie. Alors j’apprendrai à le connaître comme un frère. J’apprendrai ses faiblesses, sa puissance, ses pièces, ses accessoires, son système de visée et son canon. Je garderai propre mon fusil et disponible autant que je suis propre et disponible. Nous ne ferons plus qu’un. Nous le ferons… Devant Dieu je prononce ce crédo. Mon fusil et moi sommes les défenseurs de notre pays. Nous sommes les maîtres de nos ennemis. Nous sommes les gardiens ma vie. Ainsi soit-il jusqu’à la victoire de l’Amérique et la fin de nos ennemis pour qu’arrive la Paix.  

« Mon Fusil », Major General William H. Rupertus, USMC.  

La mascotte « Chesty »

Réputés pour leur propension à saisir toutes les opportunités de passer à l’action, les Marines ont choisi le bulldog anglais comme mascotte ; celui-ci est réputé pour son entêtement, sa force et sa détermination, qualités jugées essentielles par l’US Marine Corps.

En outre, lors des opérations américaines face aux armées allemandes, durant la première guerre Mondiale, les allemands surnommèrent les Marines «teufelhunden », littéralement « chien de l’enfer», en référence à un animal sauvage et féroce, issu du folklore Bavarois.

Après la guerre, les Marines ont adopté, non officiellement, le bulldog comme mascotte, notamment dans des campagnes de recrutement, sur lesquels l’animal était coiffé d’un casque de combat, avec l’emblème du Corps.  En 1922, le brigadier général Smedley D Butler engage un bulldog nommé « Jiggs », qui accède, en 1924, au grade de sergent major ; en 1927, « Jiggs » meurt, et reçoit tous les honneurs militaires. En 1950, le marine Barracks de Washington devient la nouvelle maison des mascottes des Marines, qui s’appellent dorénavant « Chesty », en l’honneur du lieutenant général Lewis B Pulley Jr, surnommé « Chesty », le plus décoré des Marines de l’Histoire. Le 5 juillet 1957, « Chesty » est présenté au public pour la première fois, et remporte un immense succès auprès de la population, revêtu de son « blues », la tenue de soirée des Marines. Il faut attendre 1983 pour que « Chesty » devienne la mascotte officielle de l’US Marine Corps.

(Chesty XIV à la parade de Washington D.C, photo de Casper Manlangit, 20/06/2014, www.flickr.com)

(Chesty XIV à la parade de Washington D.C, photo de Casper Manlangit, 20/06/2014, www.flickr.com)

Le chant des Marines

Portant le titre de Halls of Montezuma, l'hymne des Marines a été écrit en 1879 et ses paroles font référence à la guerre américano-mexicaine, ainsi qu'à la bataille de Tripoli lors de la guerre de Tripoli (1801-1805).

L'air a été emprunté à la seconde version de l'opéra bouffe Geneviève de Brabant, d'Offenbach.

Paroles anglaises

From the Halls of Montezuma
To the Shores of Tripoli;
We fight our country's battles
In the air, on land and sea;
First to fight for right and freedom 
And to keep our honor clean; 
We are proud to claim the title 
of United States Marine. 

Our flag's unfurled to every breeze
From dawn to setting sun;
We have fought in ev'ry clime and place
Where we could take a gun;
In the snow of far-off Northern lands
And in sunny tropic scenes; 
You will find us always on the job--
The United States Marines.

Here's health to you and to our Corps
Which we are proud to serve 
In many a strife we've fought for life 
And never lost our nerve;
If the Army and the Navy
Ever look on Heaven's scenes; 
They will find the streets are guarded 
By United States Marines.

Paroles en français

Des murs de Montezuma
Aux rives de Tripoli
Nous nous battons pour notre pays
Dans les airs, sur terre ou sur mer
Les premiers à se battre pour le Droit et la Liberté
Et pour garder intact notre Honneur
Nous sommes fiers de prétendre au titre de
Marines des États-Unis

Notre drapeau déployé à tout vent
De l’aube jusqu’au couchant
Nous nous sommes battus partout, quel que soit le temps
Partout où nous pouvions amener un fusil
Dans la neige des lointaines terres du Nord
Et sous les paysages des Tropiques
Nous sommes toujours sur la brèche, nous
Les Marines des États-Unis

A ta santé et à celle du Corps
Que nous sommes fiers de servir
Au cours de plus d’un combat nous nous sommes battus pour notre vie
Et nous n’avons jamais perdu notre sang-froid
Si l’Armée et la Marine
Jettent un coup d’œil au Paradis
Ils verront que les rues y sont gardées
Par les Marines des États-Unis

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article