Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les États-Unis d'Amérique

Les États-Unis d'Amérique

Venez découvrir l'Histoire des États-Unis d'Amérique: géographie, villes, économie, culture, gastronomie, sports...

McDonnell Douglas F/A-18

(F/A-18 C de l'US Navy au-dessus de l'Afghanistan, photo de Tech Sgt Scott Reed, USAF, 26/10/2001, wikipedia)

(F/A-18 C de l'US Navy au-dessus de l'Afghanistan, photo de Tech Sgt Scott Reed, USAF, 26/10/2001, wikipedia)

Successeur désigné de l’excellent F-14 Tomcat et de l’A-6 Intruder, au sein de l'US Navy, le F/A-18 Hornet est devenu, en quelques années, une valeur sûre dans l’aéronavale américaine, dont il constitue encore une partie du parc aérien d’attaque.

Monoplace ou biplace polyvalent, le F/A-18 a effectué son vol initial le 18 novembre 1978, au- dessus de Saint-Louis (Missouri), puis a effectué des essais et évaluations, avant d’être finalement commandé par l’US Navy, en février 1981. Biréacteur multirôles, l’appareil bénéficie des meilleurs équipements militaires et électroniques, et peut mener un large spectre de missions, avec un maximum d’efficacité.

Utilisé au combat par les États-Unis, en 1986, contre la Libye, le F/A-18 a été massivement engagé lors de la guerre du Golfe (190 appareils déployés), où il a assuré de très nombreuses missions de frappes au sol et a été connu du public, ainsi que dans les Balkans (1995-1999), au-dessus de l’Afghanistan (2001), lors des raids aériens contre les Talibans, puis à nouveau en Irak (2003).

Très satisfaite de la machine, l’US Navy a demandé le développement d’une version supérieure, encore plus efficace et puissante, qui deviendra le F/A-18 E/F Super Hornet, entré en service en 1999.

Présent (à l'origine) à hauteur de 36 à 48 appareils par porte-avions, le F/A-18 permet au chef d’escadre et au commandant du groupe aéronaval, de frapper une multitude de cibles (jusqu’à plusieurs centaines par jour), et de générer d’importants dégâts chez l’ennemi.

Cette capacité unique au monde offre à chaque groupe aéronaval un potentiel de frappe inégalé, craint et envié par les autres nations. Fiable, endurant, performant et moderne, le F/A-18 a été exporté auprès de plusieurs pays (Canada, Australie, Espagne, Finlande, Suisse, Malaisie et Koweït) , qui souhaitaient un appareil peu onéreux et polyvalent. 

Actuellement, le parc de F/A-18 est engagé dans un processus de modernisation informatique, afin de lui permettre d’emporter les nouvelles générations d’armements et d’équipements de la marine des États-Unis et de l’US Marine Corps, dont la branche aérienne est aussi équipée de F/A-18 (237 appareils). Les Marines déploient des escadrilles de F/A-18 au sol et à bord des porte-avions de l'US Navy.

Le F/A-18 est progressivement remplacé par le F/A-18 E/F, plus performant, et le F-35 dans l'US Navy, qui possède encore 302 F/A-18.

Cet avion est employé par la patrouille de démonstration aérienne de l'US Navy, les Blue Angels.

Caractéristiques

Long de 17.10 mètres, haut de 4.70 mètres et avec une envergure de 12.30 mètres, le F/A-18 a été spécialement conçu pour être embarqué sur porte-avions, et possède des ailes repliables, pour en faciliter la manœuvre dans les hangars ou sur pont d’envol, ainsi qu’un brin d’arrêt, pour les appontages ; son train d’atterrissage a été renforcé pour en supporter les contraintes.

Propulsé par 2 turboréacteurs General Electric F-404, il décolle sur 425 mètres, et a une vitesse ascensionnelle de 13.715 mètres à la minute, et peut atteindre une vitesse de Mach 1.8, à haute altitude ; disposant d’une perche de ravitaillement en vol, située sur le côté droit du nez de l’avion, il dispose d’une grande autonomie, allant de 740 à 2130 kilomètres.

Son électronique de bord comprend un radar multimodes APG-65 (11 Km de portée), ou un APG- 73 (encore plus performant), un collimateur tête haute, un système infrarouge, une suite complète de contre-mesures électroniques, un détecteur d’alerte radar, des antennes de communications UHF/VHF, des calculateurs de tir et différents systèmes de navigation (dont un GPS).

L’armement de l’avion comprend un canon rotatif fixe Vulcan de 20 mm (implanté dans le nez, avec 578 obus), et neuf points d’emport pour 6.20 tonnes de charges : roquettes, missiles air-air AIM-9, AIM-120, missiles air-sol AGM-65, AGM-154, AGM-158, missiles antinavires AGM-84, missiles antiradars AGM-88, bombes classiques Mk-81 à 84, bombe guidées laser JDAM et GBU, bombes à guidage GPS, bombes en grappe, disperseur de mines, etc.         

(F/A-18 de l'US Navy sur l'USS Abraham Lincoln, photo de MCS Seaman Joshua E. Walters, US Navy, 24/05/2012, www.flickr.com)

(F/A-18 de l'US Navy sur l'USS Abraham Lincoln, photo de MCS Seaman Joshua E. Walters, US Navy, 24/05/2012, www.flickr.com)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article