Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les États-Unis d'Amérique

Les États-Unis d'Amérique

Venez découvrir l'Histoire des États-Unis d'Amérique: géographie, villes, économie, culture, gastronomie, sports...

Boeing E-6 B

(E-6 de l'US Navy au salon RIAT de Fairford, GB, photo de Alan Wilson, 18/07/2011, www.flickr.com)

(E-6 de l'US Navy au salon RIAT de Fairford, GB, photo de Alan Wilson, 18/07/2011, www.flickr.com)

Au cours de la dernière décennie de la guerre Froide, l’hypothèse d’une attaque surprise de l’Union Soviétique contre les installations de commandement des forces stratégiques américaines a incité les autorités à acquérir une flotte d’avions relais, chargés de communiquer avec les forces stratégiques déployées par l'US Navy, c’est-à-dire avec les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de type Ohio.

A la demande du Pentagone, Boeing proposa une variante du B-707-320, l’ E-6A, qui effectua son premier vol inaugural le 19 février 1987, avant d’être livré à la Navy le 22 juillet 1988, pour des tests. Le 3 août 1989, l’ E-6A entra en service auprès de l’escadrille VQ-3, sur la base de Tinker (Oklahoma), puis auprès du VQ-4, sur la même base, en janvier 1991, signifiant le retrait de l’ EC- 130 Q de l’US Navy en juin 1991.

Une version améliorée, l’ E-6 B, a été mise au point en 1997, notamment au niveau du cockpit, des équipements et de la configuration interne, augmentant la prise de conscience des événements et de l’environnement par l’équipage ; les 16 E-6A ont tous été modifiés en E-6 B fin 2006, afin de le garder en service dans l'aéronavale jusqu'en 2038.  

Caractéristiques

Plateforme stratégique de commandement et de communication, l’E-6 B mesure 45.80 mètres de long, 12.90 mètres de haut et a une envergure de 45.20 mètres. Ses ailes disposent de 4 fixations pour ses turboréacteurs CFMI CFM-56, qui le font avancer à 970 Km/h, avec une autonomie de 12 144 kilomètres et à une altitude de 12 200 mètres (15 heures d’endurance sans ravitaillement, ou 72 heures avec).

Chargé de transmettre les informations et les ordres entre les autorités nationales et les sous- marins balistiques, il est protégé contre les impulsions électromagnétiques générées par les explosions nucléaires, ce qui le rend apte à opérer au cœur même d’un hypothétique conflit. L’électronique de bord comprend un système UHF principal crypté, capables de transmettre les ordres aux silos de lancement, et de modifier les cibles assignées, 3 autres antennes UHF renforcées à modulation de fréquence, en mesure de communiquer par satellite, un système digital d’évaluation des performances des équipements, une liaison avec les satellites MILSTAR, ainsi que des systèmes de navigation.

L’équipage est de 14 personnes, dont des spécialistes des télécommunications (4) et des analystes et autres spécialistes (9).

(E-6 B au départ de Tulsa, OK, photo de Shyflyguy, 24/04/2010, wikipedia)

(E-6 B au départ de Tulsa, OK, photo de Shyflyguy, 24/04/2010, wikipedia)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article