Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les États-Unis d'Amérique

Les États-Unis d'Amérique

Venez découvrir l'Histoire des États-Unis d'Amérique: géographie, villes, économie, culture, gastronomie, sports...

Classe Arleigh Burke

(USS Stockdale dans le Pacifique, 05/11/2013, photo US Navy, www.flickr.com)

(USS Stockdale dans le Pacifique, 05/11/2013, photo US Navy, www.flickr.com)

Au cours des années quatre-vingts, l'US Navy lança un programme d’études pour la réalisation d’un nouveau modèle de destroyer, qui suscita l’intérêt de 7 constructeurs ; en 1983, ils n’étaient plus que 3 à rester en compétition : Bath Iron Works (Maine), Todd Shipyards (New York/New Jersey) et Ingalls Shipbuilding (Mississippi).

Le 3 avril 1985, Bath Iron Works reçut un contrat de 321.9 millions de Dollars pour construire la tête de série, sur les plans des architectes navals de Gibbs and Cox ; le coût total de fabrication du premier modèle a été de 1.1 Milliard de Dollars, auxquels se sont ajoutés 778 millions de Dollars pour le système de combat, de nouvelle génération. Lancé le 16 septembre 1989, l’USS Arleigh Burke  entra en service le 4 juillet 1991, sous les yeux de l’amiral Arleigh Burke, dont il honore le nom.

Intégrant des avancées technologiques importantes, ainsi qu’une silhouette ayant des propriétés furtives, la classe Arleigh Burke possède des systèmes électroniques très sophistiqués, associés à une formidable puissance de feu. Bien mieux armée et équipée que les classes Spruance et Kidd , auxquelles elle succède, la classe Arleigh Burke est en mesure de prendre part à n’importe quelle action militaire, et bénéficie de programme de modernisation réguliers, ainsi que de modifications des capacités.

Ainsi, les premiers modèles (Flight I), dont 21 naviguent, étaient principalement conçus pour l’escorte et la protection des groupes aéronavals, la deuxième tranche, qui compte 7 unités (Flight II), peut employer des drones et opérer en coordination, grâce à un système électronique adapté, et la troisième (Flight IIA), quant à elle, est plus spécialement destinée à la guerre littorale, et regroupe actuellement 33 navires.

Sur l’ensemble des navires en service, 34 ont été assemblés par Bath Iron Works/General Dynamics, et 28 par Ingalls Shipbuilding/Northrop Grumman. Un de ces navires, l’USS  Cole, fut attaqué le 12 octobre 2000, alors qu’il se ravitaillait dans le port d’Aden, par un groupe de terroristes islamistes, qui fonça sur lui à bord d’une embarcation rapide, et fit exploser une puissante bombe, causant la mort de 17 marins et des blessures à 39 autres ; suite à cette attentat, des mesures de sécurité draconiennes ont été mises en place autour des bâtiments américains au mouillage, avec une meilleure formation des personnels de guet, permettant également un tir de semonce, puis un tir de destruction plus rapides. L’USS Cole fut rapatrié sur un navire spécial, car il était inapte à la navigation en haute mer, compte tenu des dégâts subis à la coque.

Les Burke furent les premiers destroyers à capacités furtives de l’US Navy à être équipés du redoutable système Aegis, qui offre une ombrelle de protection contre les menaces aériennes ennemies, à grande distance ; véritables bijoux technologiques, ces bâtiments ont une durée de vie estimée à 35, voire 40 ans, et vont subir divers programmes de modernisation, le retrait des premiers devant intervenir au mieux en 2020.  

Répartition de la flotte

BaseFlotteQuantité
San Diego (CA)3rd Fleet13
Pearl Harbor (HI)3rd Fleet8
Everett (WA)3rd Fleet5
Yokosuka (Japon)7th Fleet8
Norfolk (VA)USFLTCOM20
Mayport (FL)USFLTCOM4
Rota (Espagne)6th Fleet4

Caractéristiques 

Avec des variantes selon le modèle, les caractéristiques des Arleigh Burke sont assez similaires au niveau des dimensions, mais diffèrent dans le domaine de l’armement.

Les Flight I mesurent 154 mètres, les Flight II, 155 mètres, et les Flight IIA, 156.5 mètres, pour un déplacement respectif de 8300 tonnes, 9192 tonnes et 9217 tonnes, avec une largeur identique de 20 mètres, pour un tirant d’eau commun de 9.4 mètres.

Propulsés par 4 turbines à gaz LM 2500 de General Electric (100.000 Cv au total), associées à 3 générateurs Allison de 3352 Cv, actionnant 2 lignes d’arbres, au bout desquelles 2 hélices tournent à l’inverse l’une de l’autre. La vitesse maximale de ces bâtiments est de 57 Km/h (31 nœuds), et ils peuvent naviguer sur une distance de 8100 kilomètres à la vitesse de 37 Km/h (20 nœuds).

L’électronique de bord comprend radar AN/SPY-1D à antenne active, capable de détecter, poursuivre et engager simultanément plusieurs centaines de cibles aériennes ou de surface, qui est intégré au système Aegis Combat System, lequel englobe les systèmes antiaériens de bord (missiles et canons rotatifs rapides), les missiles de croisière et la lutte anti-sous-marine, 1 radar AN/SPS-67 de recherche et de navigation à courte portée, 1 sonar AN/SQS-53, 1 sonar AN/SQQ-28, 1 sonar remorqué à longue portée AN/SQR-19, 1 système de guerre électronique AN/SLQ-32 (repérage, classification et identification des menaces), 1 système AN/SLQ-25 NIXIE de contre- mesures navales, des contre-mesures anti-sous-marines, 1 système de contrôle de tir pour missiles antinavires AN/SWG-1, 1 système de contrôle de tir pour missiles de croisière AN/SWG- IIIA, des antennes UHF/VHF, 1 système de communications par satellite et un GPS.

L’armement des Flight I comprend 90 à 96 cellules de lancement verticales, pour missiles SAM « Standard » ou « Tomahawk », 2 systèmes Phalanx de 20 mm (chacun à 6 canons à guidage radar, 2 systèmes antinavires quadruples « Harpoon », 1 canon Mk-45 de 125 mm, 2 lanceurs triples de torpilles, 4 mitrailleuses de 12.7 mm, 2 canons M242 de 25 mm, et 1 hélicoptère SH-60 anti-sous-marins et antinavires ; l’armement des Flight IIA compte 96 cellules de lancement verticales,  2 systèmes Phalanx, 1 canon Mk-45 de 125 mm, ou de 127 mm, 2 canons M242 de 25 mm, 2 lanceurs triples de torpilles, 4 mitrailleuses de 12.7 mm, un système de drone chasseur de mines (sur les navires depuis 2004) et 2 SH-60. L’équipage rassemble 303 personnes pour les Flight I, et 23 officiers et 300 engagés pour les Flight IIA ; ces effectifs, ainsi que les bâtiments disposent d’une protection contre les risques nucléaires, biologiques et chimiques, grâce à des espaces hermétiquement fermés.

Culture populaire

La classe Arleigh Burke est présente dans 

  • Battleship, de Peter Berg (2012)
  • The Last Ship, de Hank Steinberg/Steven Kane (214- en cours)
(USS Gravely dans l'Atlantique, photo de Lt Cmdr Corey Barker, US Navy, 25/09/2012, www.flickr.com)

(USS Gravely dans l'Atlantique, photo de Lt Cmdr Corey Barker, US Navy, 25/09/2012, www.flickr.com)

(Tir d'exercice du canon de 127 mm, photo MCS 2nd class Justin Wolpert, US Navy, 02/11/2014, www.flickr.com)

(Tir d'exercice du canon de 127 mm, photo MCS 2nd class Justin Wolpert, US Navy, 02/11/2014, www.flickr.com)

(Lancement d'un missile antiaérien SM-2, photo MCS 2nd class Declan Barnes, US Navy, 15/09/2014, www.flickr.com)

(Lancement d'un missile antiaérien SM-2, photo MCS 2nd class Declan Barnes, US Navy, 15/09/2014, www.flickr.com)

(Exercice de tir au canon de 25 mm, MCS 2nd class Justin Wolpert, US Navy, 24/06/2014, www.flickr.com)

(Exercice de tir au canon de 25 mm, MCS 2nd class Justin Wolpert, US Navy, 24/06/2014, www.flickr.com)

(Entraînement à la mitrailleuse de 12.7 mm, photo MCS 2nd class William Jamieson, US Navy, 21/06/2012, www.flickr.com)

(Entraînement à la mitrailleuse de 12.7 mm, photo MCS 2nd class William Jamieson, US Navy, 21/06/2012, www.flickr.com)

(Ravitaillement d'un SH-60 en mer Rouge, photo MCS 2nd class Justin Wolpert,US Navy, 20/10/2014, www.flickr.com)

(Ravitaillement d'un SH-60 en mer Rouge, photo MCS 2nd class Justin Wolpert,US Navy, 20/10/2014, www.flickr.com)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article